Cette affection est dégénérative. Elle touche l’aire centrale de la rétine. Après 50 ans, de façon généralement bilatérale et symétrique, avec un retentissement sur la vision, la prévalence est assez élevée au dela de 75 ans puisque de 30%. Il semble exister une prédisposition génétique et le tabac n’est pas non plus bénéfique. On estime que le nombre de personnes touchées en France par cette maladie va doubler d’ici une trentaine d’années. Atrophie et néo vaisseaux se trouvent au niveau de la macula. Le dépistage se fait au fond d’œil. La baisse de l’acuité visuelle, les ondulations des lignes ou des images, les scotomes, la baisse de la sensibilité aux contrastes, les anomalies de la vision des couleurs, les sensations d’éblouissement sont autant de signes.

3b44b5000d3ada04c028c395cd05cbfb_XL

L’OCT ou Optical Coherence Tomography est un bon examen de bilan. Couplé à une angiographie il est intéressant dans la forme exsudative de la maladie. La supplémentation en anti oxydants est utile. L’arrêt du tabac l’est tout autant. Les injections intra vitréennes d’anti VEGF sont indiquées dans la DMLA exsudative. La rééducation visuelle peut aussi apporter un soulagement.

Ce qui est important est d’accompagner le patient et de faire en sorte qu’il ne se décourage pas dans son combat face à cette maladie dont l’évolution est variable dans la durée. Elle use psychologiquement le patient en l’isolant de plus en plus et surtout en générant en lui une anxiété croissante. Il convient donc de l’accompagner pour que celle-ci décroisse au maximum.