le blog du docteur Nicolas Bouvier

13 juillet 2017

Herpes circiné

Avec la chaleur, la peau de nos patients est davantage sollicitée et ils peuvent nous consulter plus fréquemment pour des problèmes dermatologiques.

Les dermatophyties causées par des champignons ayant une affinité pour la kératine de l’épiderme sont provoqués par différents agents pathogènes. Il peut s’agir de Trichophyton, Microsporum et Epidermophyton. Il est possible de les retrouver chez les hommes et chez les animaux. Cela augmente les sources de contamination possibles qu’elles soient interhumaines ou entre homme et animaux.

Apres avoir pénétré dans la peau grâce à une excoriation même très minime, le dermatophyte émet dans l’épiderme des filaments qui y progressent de façon centrifuge. Il se crée alors une lésion bien caractéristique : arrondie, d'aspect érythémato-squameux avec une bordure nette.

L’aspect clinique est très  caractéristique et un œil habitué le reconnait rapidement. Toutefois, il est possible de le confirmer par un examen biologique et une culture sur milieu adapté.

Le traitement est simple et bien déterminé. Si les lésions sont étendues, on emploiera un traitement par voie générale, avec de la griséofulvine entre 6 à 8 semaines, en en respectant les contre indications qui sont celles de grossesse, de porphyrie, de lupus, de prise d’anticoagulant, d’œstrogènes et de barbituriques. Bien sur, le traitement local reste de mise, particulièrement pour les lésions limitées en utilisant des dérivés de l’imidazole.

C’est essentiellement le caractère prolongé du traitement qui en assure le succès authentique. Il est bien certain que prescrit trop peu de temps, ce type de traitement n’atteint pas son objectif. 

Posté par docteurbouvier à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 juin 2017

Médecine Idées reçues

couv2 - Copie (2)Dans cet ouvrage les idées reçues véhiculées sur la médecine, les médicaments, et les maladies sont clairement exprimées. Il y est exposé à quel point elles sont préjudiciables aux patients. 

Ce livre est disponible à cette adressse : http://www.lulu.com/shop/nicolas-bouvier/m%C3%A9decine-id%C3%A9es-re%C3%A7ues/paperback/product-23192190.html

 

Posté par docteurbouvier à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 mai 2017

Dépénalisation du cannabis

 

Je suis naturellement hostile à la dépénalisation du cannabis. Je me suis déjà longuement exprimé dans le journal L’Union à ce sujet. En effet, je pense que le fait de limiter le niveau des peines sur la consommation du cannabis et de les transformer en simple contravention susceptibles de relever de la simple amende possède un grand nombre d’inconvénients. Bien évidemment, certains en France souhaitent faire ce qui a été essayé ailleurs et n’a pas marché. Je pense à l’Espagne des années 80 où ce fut une catastrophe qui incita plus tard les gouvernements à revenir en arrière sur cette mesure.

On peut penser que c’est une bonne idée qui amènerait les consommateurs à consommer un produit distribué par l’état et de meilleure qualité. Mais, c’est oublier bien vite l’extrême nocivité du cannabis en lui-même sur les vaisseaux cérébraux, à tout âge. Bien sur, on n’oubliera pas de mentionner l’intensité des troubles du comportement qu’il entraîne, les conséquences sur la scolarité et le développement psychologique des jeunes. Les familles qui sont confrontés à la question de la drogue et donc de l’usage du cannabis, connaissent les difficultés dans lesquelles cet usage plonge leurs enfants. En effet, le cannabis entraîne une dépendance et donc une consommation régulière. Celle-ci aboutit à accroitre la consommation et donc à augmenter l’argent que les consommateurs vont apporter aux trafiquants pour combler leurs besoins. Il est bien évident que même si le cannabis est distribué gratuitement par l’état, cette distribution ne va pas faire baisser la consommation. Elle va simplement la rendre encore plus grande et donc les dangers sur la santé publique seront encore plus étendus. Loin de réguler la consommation, comme les chantres de la dépénalisation du cannabis le prétendent, une telle initiative ne peut que renforcer la consommation de produits encore plus toxiques comme la cocaïne ou des drogues synthétiques. Dépénaliser c’est aussi rendre moins dangereux aux yeux du grand public, l’usage de tels produits. Ainsi, ils seront plus utilisés, avec l’absence de sanction pénale comme explication par les nouveaux usagers d’une absence de danger, alors que c’est tout le contraire.

Il faut donc résister aux tentations des modes idiotes et faciles. Celles-ci sont faites par démagogie pour se concilier des votes. Il reste que la seule grande question est le traitement préventif 

Je suis naturellement hostile à la dépénalisation du cannabis. Je me suis déjà longuement exprimé dans le journal L’Union à ce sujet. En effet, je pense que le fait de limiter le niveau des peines sur la consommation du cannabis et de les transformer en simple contravention susceptibles de relever de la simple amende possède un grand nombre d’inconvénients. Bien évidemment, certains en France souhaitent faire ce qui a été essayé ailleurs et n’a pas marché. Je pense à l’Espagne des années 80 où ce fut une catastrophe qui incita plus tard les gouvernements à revenir en arrière sur cette mesure.

On peut penser que c’est une bonne idée qui amènerait les consommateurs à consommer un produit distribué par l’état et de meilleure qualité. Mais, c’est oublier bien vite l’extrême nocivité du cannabis en lui-même sur les vaisseaux cérébraux, à tout âge. Bien sur, on n’oubliera pas de mentionner l’intensité des troubles du comportement qu’il entraîne, les conséquences sur la scolarité et le développement psychologique des jeunes. Les familles qui sont confrontés à la question de la drogue et donc de l’usage du cannabis, connaissent les difficultés dans lesquelles cet usage plonge leurs enfants. En effet, le cannabis entraîne une dépendance et donc une consommation régulière. Celle-ci aboutit à accroitre la consommation et donc à augmenter l’argent que les consommateurs vont apporter aux trafiquants pour combler leurs besoins. Il est bien évident que même si le cannabis est distribué gratuitement par l’état, cette distribution ne va pas faire baisser la consommation. Elle va simplement la rendre encore plus grande et donc les dangers sur la santé publique seront encore plus étendus. Loin de réguler la consommation, comme les chantres de la dépénalisation du cannabis le prétendent, une telle initiative ne peut que renforcer la consommation de produits encore plus toxiques comme la cocaïne ou des drogues synthétiques. Dépénaliser c’est aussi rendre moins dangereux aux yeux du grand public, l’usage de tels produits. Ainsi, ils seront plus utilisés, avec l’absence de sanction pénale comme explication par les nouveaux usagers d’une absence de danger, alors que c’est tout le contraire.

Il faut donc résister aux tentations des modes idiotes et faciles. Celles-ci sont faites par démagogie pour se concilier des votes. Il reste que la seule grande question est le traitement préventifDépénalisation du cannabis

Posté par docteurbouvier à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,